Optimiser la gestion des carrières lors d’une GPEC

Sur un marché dynamique, l’évolution que connaissent les entreprises est très rapide avec, à la clé, des changements de toute nature. Pour adapter la gestion d’entreprise et les ressources humaines à cet élan, il est important de prendre des mesures adéquates. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences se présente ainsi comme un moyen d’optimiser les compétences du personnel. Voici une présentation de ce projet.

Définition de la GPEC

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) est un outil de management des ressources humaines. Il a pour but d’analyser les contraintes et exigences relatives à votre environnement et de décider des mesures stratégiques pour faire face aux challenges que réserve votre secteur d’activité.

La GPEC se veut une politique importante en ce sens puisqu’elle permet à l’entreprise d’avoir les bonnes compétences au poste adéquat et au moment idéal. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences associe tous les collaborateurs de l’entreprise. Son objectif principal est de fédérer votre personnel autour des changements qu’a connus votre entreprise dans le temps. La démarche vise donc à insuffler une nouvelle dynamique favorable aux réalités actuelles et à motiver l’équipe.

Les acteurs d’une GPEC

Les principaux acteurs qui interviennent dans la mise en place d’une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences se composent en trois catégories. Il s’agit en premier des membres de l’administration et de l’équipe Ressource humaine. Ils se chargent du pilotage et de la coordination du projet. Ensuite, viennent les managers qui dégagent les besoins opérationnels en ressources suivant une stratégie précise. Enfin, il y a les représentants du personnel qui interviennent au cours du processus de négociation en vue de la mise en place du projet. Ils déterminent également les mesures d’accompagnement à appliquer.

En dehors, de ces principaux intervenants, il y a les collaborateurs qui sont impliqués au projet, puisqu’il s’agit d’une démarche participative et globale de l’entreprise. Cela favorise un impact significatif du projet sur tous les plans.

Il est très fréquent de faire appel à une société externe (société de conseil) qui apporte un regard neuf sur la situation, vous pouvez trouver toutes les infos ici.

La législation française

Selon les dispositions légales, toutes les entreprises ayant un effectif qui excède 300 salariés ont l’obligation de négocier tous les 3 ans sur la thématique GPEC. C’est une exigence légitime en ce sens qu’une entreprise qui a un personnel compétent donne un bon rendement et participe au processus de développement.

Par ailleurs, ce n’est pas une obligation réservée exclusivement aux entreprises privées. Elle est aussi valable pour le secteur public qui peut également recourir à des offres de consulting secteur public. Il faut également noter que les dispositifs de conseil et aides financières sont aussi disponibles à l’endroit des entreprises de moins de 300 salariés.

Les différents points à appliquer pour mettre en œuvre une GPEC

La mise en œuvre d’une GPEC se fait autour de trois axes principaux.

1. Effectuez une analyse de votre situation actuelle et future

Avant de passer à la mise en œuvre d’une GPEC, il faut nécessairement réaliser un diagnostic de votre situation actuelle. Il consiste à évaluer les compétences et profils des collaborateurs. Le but est de présenter un aperçu des besoins en matière d’emplois et de compétences pour savoir quelle orientation donner au projet.

Une fois que cette analyse est effectuée, vous pouvez élaborer un listing de vos besoins en matière de ressources humaines. Pour le faire, vous devez vous poser les bonnes questions quant à votre statut actuel et ce à quoi vous aspirez. Cela vous permettra d’identifier les écarts entre les compétences que vous avez à disposition maintenant et celles espérées pour assurer les emplois de demain.

2. Élaborez un plan d’action Ressource humaine

C’est un point important dans la mise en œuvre du GPEC. Il consiste à définir les stratégies pertinentes pour réduire les écarts détectés au cours de l’analyse. Lesquelles vous serviront de leviers pour planifier les différentes actions à mettre en place. Pour le faire, vous pouvez vous servir d’un diagramme de GANTT. C’est un outil qui vous permettra d’avoir une idée claire des tâches à accomplir avec leur durée de réalisation, ainsi que les échéances à respecter. C’est le meilleur moyen pour mener à bien votre projet de GPEC.

Il faut noter par ailleurs que c’est l’étape la plus consistante du projet. Elle l’est en ce sens qu’elle appelle à créer les outils stratégiques de gestion anticipative des Ressources Humaines.

3. Faites un post-bilan et une analyse des écarts

Vous devez faire un bilan après avoir établi votre plan d’action. Ledit bilan doit être quantitatif, mais aussi qualitatif pour que vous sachiez concrètement vos acquis. Il doit déterminer si les objectifs fixés au préalable ont été atteints, de même que les impacts sur votre entreprise. Sur cette base, vous déduisez votre marge d’amélioration et corrigez ce qui doit l’être.

La GPEC, une occasion idéale pour faire évoluer sa carrière

La GPEC est une stratégie qui vise à optimiser les différentes compétences des ressources humaines afin de mieux les employer au profit de l’entreprise. Ainsi, sur la base des résultats qu’elle révèle, des activités et des formations adéquates sont proposées. La gestion des carrières fait donc partie intégrante de la GPEC. C’est un programme qui permet de valoriser vos perspectives d’évolution de manière chronologique. Tout au long du processus, vous acquerrez de nouvelles compétences. De ce fait, vous voyez votre carrière évoluer et pouvez prétendre à des responsabilités qui surpassent celles que vous avez maintenant.

Précédent

Quel est le job idéal pour les hypersensibles empathiques ?

Manager de transition : un métier qui ne connaît pas la crise

Suivant

Laisser un commentaire