Savoir, savoir-être, savoir-faire: décryptage

Savoir, savoir-être, savoir-faire, autant de compétences que les employeurs attendent de leurs employés. Toutefois, il n’est pas toujours évident d’en donner les sens et de les différencier. Nous avons décrypté pour vous ces trois notions qui ont beaucoup d’importance dans le processus de recrutement.

Savoir, savoir-faire, savoir-être : comment les définir ?

La savoir

Le savoir se définit comme l’ensemble des connaissances que vous avez acquises après votre parcours scolaire, universitaire ou professionnel au cours d’une formation. Le savoir englobe donc tout ce que vous avez assimilé lors de ces formations.

La définition du savoir est assez limitée dans le monde professionnel. En effet, dans le milieu du travail, le savoir se définit comme les connaissances que vous aurez besoin pour assurer les responsabilités d’un poste et être efficace dans votre travail.

Le Savoir-faire

Le savoir-faire peut être défini comme l’ensemble des compétences professionnelles pratiques. Cette notion englobe ainsi les expériences professionnelles acquises lors d’un stage ou d’un travail en entreprise.

Par exemple, un étudiant en alternance pourra acquérir des connaissances théoriques, c’est-à-dire des savoirs, dans son école. Il pourra développer des connaissances pratiques de ce savoir en entreprise où il pourra avoir une maîtrise du domaine. C’est le savoir-faire.

Crédit Photo: Gerd Altmann via Pixabay

Le Savoir-être

Le savoir-être est essentiellement acquis par l’éducation que l’on reçoit de nos parents. Mais, il s’acquiert également par les relations amicales ou professionnelles et lors des études. Le savoir-être est étroitement lié à nos valeurs ainsi qu’à certains traits de nos caractères.

Dans le milieu professionnel, le savoir-être se définit comme l’attitude et le comportement d’un employé en entreprise. En fait, le savoir-être est l’ensemble de ce qu’on appelle les « soft-skills ». Ces derniers sont devenus de plus en plus importants aux yeux des recruteurs et permettent de départager les candidats à un poste.

À lire également :  Faire carrière dans la médecine

Savoir, savoir-faire et savoir-être : Comment les déterminer ?

Le savoir

Pour identifier vos savoirs, répondez aux questions : « Qu’est-ce que vous avez appris  ou étudié ? », « Qu’est- ce que vous connaissez ? ». Prenez une feuille de papier et inscrivez-y les réponses : « J’ai étudié ou appris… », « Je connais… ». Par exemple, vous pouvez mettre « J’ai étudié l’Informatique » ou « Je sais parler anglais ».

Le Savoir-faire

Le savoir-faire, quant à lui englobe les compétences pratiques que vous avez acquises pour exercer votre métier. Il est important de les illustrer avec des données chiffrées pour mieux convaincre. Pour les recenser, vous devez utiliser la formule : « Je sais » suivi d’un verbe d’action et d’un exemple chiffré. Par exemple, comme savoir-faire, vous pouvez mettre « Je sais diriger une équipe de 20 personnes ».

Le Savoir-être

Pour vous aider à identifier ce type de savoir, le mieux est d’interroger vos anciens collègues ou vos anciens supérieurs hiérarchiques. Ainsi, pour savoir si vous savez travailler en équipe, vous pouvez leur poser les questions suivantes : « suis-je courtois ? », « suis-je ouvert aux échanges ? » ou encore « ai-je un sens commun ? ».

Savoir, savoir-faire et savoir-être : leur importance dans le processus de recrutement

Pour mieux convaincre avec son CV

Faisant partie des vocabulaires du monde professionnel, le savoir, le savoir-faire et le savoir-être revêtent une importance cruciale dans l’élaboration d’un CV. Il est donc essentiel de bien les distinguer pour mieux structurer votre CV. En fait, ces notions constituent les éléments indispensables à un bon CV.

Ainsi, au lieu de citer vos diplômes et vos écoles, vous pouvez valoriser vos savoirs en mettant entre parenthèses vos établissements scolaires et les diplômes y afférents. Vous pouvez détailler votre parcours professionnel en explicitant les compétences et les expériences qui vous ont permis de les acquérir. Enfin, au lieu de vous faire connaître par vos centres d’intérêt, vous pouvez attirer l’attention des recruteurs en mettant en avant vos valeurs ainsi que vos soft-skills.

À lire également :  Comment bien choisir son centre de formation

Pour convaincre lors d’un entretien d’embauche

Les trois notions de savoir, savoir-faire et savoir-être peuvent également être développées lors d’un entretien d’embauche. Les recruteurs aiment revenir sur ces trois compétences essentielles. En général, les savoirs ou connaissances théoriques seront revus rapidement. Pour ce qui est du savoir-faire, les recruteurs peuvent vérifier vos parcours professionnels et poser quelques questions techniques.

C’est surtout votre savoir-être c’est-à-dire, vos qualités, vos valeurs ainsi que votre attitude et votre comportement qui seront vérifiés lors d’un entretien d’embauche. En fait, vous serez peut-être sélectionné, non pour vos compétences et expériences professionnelles (après tout, tous les candidats qui ont postulé en ont), mais pour votre attitude en milieu du travail et vos aptitudes particulières. Lors d’un entretien, vous aurez ainsi à répondre à des questions ayant pour but de démontrer vos soft-skills. Le recruteur peut également vous mettre en situation pour évaluer votre attitude et votre comportement face à un problème.

Précédent

Comment améliorer votre calcul d’index égalité Femmes-Hommes ?

5 qualités indispensables pour être comptable

Suivant

Laisser un commentaire