Métiers de l’informatique : panorama des compétences d’avenir

Pour bien gérer sa carrière, mieux vaut connaître les métiers qui ont le vent en poupe, et les compétences que les recruteurs des SSII cherchent et chercheront encore demain. Les compétences fonctionnelles et sectorielles, autour de la business intelligence, du e-commerce ou des ERP sont très appréciées. Attention cependant, la personnalité du candidat, qui doit savoir s’adapter aux clients, est un critère tout aussi important.

Le nombre d’offres d’emplois en informatique, pour les cadres, a progressé de 68 %(1).

Une embellie qui, selon Pierre Lamblin, Directeur du département études et recherches de l’APEC, devrait être durable si les entreprises peuvent financer leurs investissements.

Car, « le marché français n’offre pas assez de candidats pour répondre aux besoins actuels et futurs des entreprises », explique Marlène Ribeiro, directrice de la division SI de Michael Page. Les recruteurs de SSII ont donc du pain sur la planche.

Sachant que, « dans les trois prochaines années, nous allons continuer à rechercher les mêmes compétences et les mêmes types de profils », prévoit Mathieu Levallois, DRH de la société de service Euriware.

La vague du cloud computing

Du côté des métiers de l’exploitation, les SSII peinent à trouver des ingénieurs systèmes et réseau, des administrateurs systèmes ou bases de données…

D’autant que la virtualisation et le cloud computing exigent de nouvelles compétences, notamment en sécurité.

« En effet, la mise en place du cloud computing, l’ouverture des SI amènent à devoir repenser ou renforcer la sécurité des systèmes », explique Mathieu Levallois.

Les technologies Web type Java, JEE ou .net

« Chez les ingénieurs d’études, il y a pénurie de candidats sur des langages tels que PHP, C++, MySQL , Perl. Les développeurs sur les technologies web pures, ayant au moins trois ans d’expérience, sont également très difficiles à trouver », constate Pierre Lamblin.

Les technologies Java, JEE et .net étant aujourd’hui le socle de nombreuses applications Web, il y a pénurie de candidats qualifiés. A l’opposé, des langages plus anciens qui ne sont plus enseignés mais toujours utilisés, comme Cobol, sont eux aussi recherchés.

Des experts solution

« Sur SAP, il y a de la demande aussi bien sur le développement pur que sur les profils fonctionnels », note Cédric Robin, président de Selexens, société spécialisée dans le web sourcing et le recrutement à distance.

Les SSII recherchent également des experts de solutions décisionnelles comme Business Object, Cognos ou Hyperion. Car, pour intégrer au mieux ce type d’outils, « il faut être capable de comprendre comment les éditeurs ont exploité les différents langages, dans quelle logique ils ont développé leur produit », note Philippe Lefort,manager chez Micropole Univers.

Même chose sur les outils de gestion de contenu type Sharepoint ou Documentum, le Product Lifetime Management (PLM) ou encore le Consumer Relationship Management (CRM).

Une coloration fonctionnelle forte

« Les SSII cherchent des experts métiers avec une dominante sectorielle », souligne Marie Mazérat, directrice du développement du cabinet de conseil en RH Bernard Julhiet Group.

Les postes d’assistances à maîtrises d’ouvrage d’ailleurs se développent.

« Les secteurs de l’industrie et de la finance ont beaucoup de besoins actuellement. C’est également le cas des entreprises des télécoms et du commerce de détail » estime Eric de Saqui de Sannes, DRH de Sogeti France. La santé, et le secteur public devraient également être des secteurs porteurs.

Des chefs de projet aguerris

Le métier des SSII s’industrialise. Elles travaillent de plus en plus au forfait avec des engagements de résultat.

Il leur faut donc des chefs de projet expérimentés, rompus aux aspects contractuels et financiers, à la gestion des risques et des planning, sachant se positionner face à des DG, challenger les équipes maîtrise d’ouvrage…

De plus, avec le développement des projets offshore, ils « doivent avoir une dimension relationnelle encore plus développée, savoir formaliser leurs exigences très précisément, et faire preuve de rigueur. Par ailleurs, le niveau d’anglais attendu est de plus en plus important », note Isabelle Fréchon senior manager au Cabinet Solic.

Des commerciaux gérant des ventes complexes

Actuellement, les SSII recrutent des commerciaux pour faire de la prospection.

« Elles veulent des profils capables de se positionner en conseil, et, en même temps, de faire de la prospection dans le dur, pour décrocher des rendez-vous chez de nouveaux comptes », note Cédric Robin.

En infogérance, où les ventes sont complexes, ils doivent avoir une connaissance des infrastructures et de l’environnement de production. « Il nous faut des commerciaux qui soient capables d’animer une démarche avant vente, de faire l’interface entre plusieurs acteurs, de s’adresser à des directions générales », résume Mathieu Levallois.

L’importance du savoir-être

Les besoins des SSII sont importants et pour des profils très variés.

Cependant, « ce qui est compliqué dans nos recherches, ce n’est pas simplement de trouver des candidats dotés de bonnes compétences techniques, mais de dénicher les personnalités qui vont bien », remarque Stéphanie Floiras responsable recrutement de Micropole univers.

Les sociétés de service exigent en effet certains savoir-être : « nous avons besoin de personnes très adaptables, capables de se réinventer en permanence, mobiles techniquement et fonctionnellement », confirme Nathalie Choux DRH de Micropole Univers.

Les SSII ne recherchant plus de techniciens purs, « les informaticiens aujourd’hui doivent être ouverts sur ce qui se passe, comprendre les enjeux business du client », conclut Marie Mazérat.

Le portrait

« Il faut savoir s’adapter et être mobile »

Djamel Khébère, Directeur d’affaires en infogérance chez Euriware

Diplômé d’un master en commerce international il a occupé des postes en infogérance dès le début de sa carrière. Tour à tour responsable d’une équipe de téléopérateurs, manager technique, puis responsable de l’industrialisation du centre de production d’infogérance d’Île-de-France d’Euriware, il a aussi managé une équipe de 20 ingénieurs alors qu’il était responsable de plateau. Aimant bouger et évoluer dans sa pratique professionnelle, il s’est lancé un nouveau défi en demandant un poste de Directeur d’affaires en infogérance, qu’il a obtenu !
Lire son portrait.

(1) Progression, selon l’APEC, des offres d’emploi cadres de août 2010 à Juillet 2011 par rapport à la même période un an plus tôt.
(2) Source : étude GPEC dans le secteur de l’informatique de l’Observatoire paritaire de la branche des métiers de l’informatique, l’ingénierie, du conseil, des études, des foires, salons, congrès et traductions – Janvier 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *