Aborder sa seconde partie de carrière, quelles cartes jouer ?

La quarantaine. Période charnière, c’est une étape professionnelle supplémentaire que l’on franchit. En moyenne, les salariés ont déjà cumulé près de vingt années d’expérience.

En bref, on est à la moitié de sa vie professionnelle ce qui peut créer des questionnements.

De nouveaux dispositifs permettent d’aborder cette seconde partie de carrière afin d’en tirer le meilleur parti.

Faire le point

45 ans c’est l’âge officiel où l’on entre dans la seconde partie de sa carrière.

Pour accompagner et dynamiser cette deuxième phase, un nouveau bilan a été mis en place, l’entretien de seconde partie de carrière.

L’ Accord National Interprofessionnel (ANI) du 13 octobre 2005 prévoit que les salariés de plus de 45 ans ont le droit, tous les 5 ans, à cet entretien.

Il est destiné à faire le point avec le manager ou le DRH sur les compétences, les besoins de formation et les possibilités et souhaits d’évolution. L’objectif est de d’assurer la continuité dans son parcours professionnel, prévenir l’usure professionnelle à la fois physique et morale.

Evoluer et bouger

Si l’envie de changer ou d’évoluer vous guette, plusieurs scénarios sont envisageables.

Le premier, la mobilité interne. Changer de métier et de fonction à tout moment de sa carrière est de plus en plus fréquent, et c’est possible ! Guettez les candidatures internes et n’hésitez pas à postuler pour un poste si vous en avez les compétences.

Le second, le tutorat. La sauvegarde des savoir-faire est un véritable enjeu pour les entreprises. N’hésitez pas à tirer parti des compétences acquises au cours de votre carrière pour former au métier les nouvelles recrues.

Le troisième, acquérir de nouvelles compétences. Si ces compétences entrent dans le cadre de l’activité de l’entreprise, vous pouvez solliciter votre Droit Individuel à la Formation.

Ou alors proposer un projet de formation en alternance au travers d’un dispositif de formation longue comme la période de professionnalisation (de 70 h à 1 200 h). Le financement est alors pris en charge par votre entreprise et votre Organisme Paritaire Collecteur Agrée (OPCA ).

Si votre projet est davantage personnel, faites appel au Congé Individuel de Formation. Le financement, est pris en charge si votre dossier est accepté par le Fongecif, sous réserve de l’accord de l’employeur.

L’entretien de seconde partie de carrière pour quoi faire ?

  • Favoriser la continuité des parcours professionnels,
  • Gérer la pyramide des âges,
  • Sauvegarder les savoir-faire,
  • Prévenir l’usure professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *